timbre freinet

 

HEURTEAUX Bernard et Marie-Claire, militants Freinet de l'Eure-et-Loir

Département

Comment je suis entrée dans la pédagogie Freinet

avec l’aide de Paulette Chaillou


                                                                                               

Tout a commencé en 1961 à Dreux lorsque Bernard et moi avons fait la connaissance des frères Bernard et Jacques Thireau. Jacques était à l’époque responsable départemental du Groupe 28. Sur leur conseil nous avons pris contact avec le groupe départemental et suivi les réunions de travail. Nous avons même participé à un congrès régional à Gien. Timidement et sur leur conseil nous avons à Vernouillet fait évoluer notre manière de faire la classe.

En 1965 j’ai mis en place ce que j’ai appelé la lecture libre. Chaque enfant avait un livre différent des autres. Il choisissait le texte qu’il voulait lire à haute voix devant toute la classe. Auparavant il devait resituer le passage lu dans l’ensemble du texte. Rien à voir avec la fastidieuse séquence de lecture à haute voix du même texte pour tous.

Mais tout s’est précipité à Mittainvilliers. Nous étions en poste double dans une petite école de campagne non loin de Pontgouin. Nous avons fait la connaissance des Chaillou. Paulette avait un Cours Préparatoire. Elle m’a initiée à la méthode naturelle telle que la concevait Célestin Freinet.

Elle m’a dit qu’il fallait entendre, voir et écrire.

 

Je me suis appliquée à mettre en place cette maxime à partir des textes libres des enfants. Exemple : du mot rapidement connu « maman » entendre et reconnaître le ma de cet autre mot « malade » pour arriver à isoler non pas les syllabes mais aussi les sons (le « m » de maman qui sera une référence). J’ai été frappée par l’ambiance qui régnait dans sa classe et par la bonne entente des élèves avec leur maîtresse. C’est vers cela qu’il me fallait tendre.

À chaque fois que je rencontrais un problème je m’en référais à elle. Je savais que je pouvais compter sur ses conseils. Elle était ma tutrice, une tutrice remarquable.

À partir de cette expérience nous avons vécu des années formidables de rencontres au sein du groupe départemental. Nous nous retrouvions pour échanger le jeudi puis ensuite le mercredi dans la classe de l’un ou l’autre. Nous organisions des week-end entiers de travail et d’échanges dans une bonne ambiance.

Nous partions le samedi après-midi avec nos enfants (et notre chien) et des couchages ; nous rentrions le dimanche en fin d’après-midi la tête pleine de conseils pédagogiques et de projets  à mettre en œuvre.

 

Je ne dirais pas que le couple Chaillou a changé notre vie à Bernard et à moi, mais il y avait tant de similitude entre leur façon de vivre leur pédagogie en couple et la nôtre que leur compagnonnage ne pouvait que nous être bénéfique.

Passer quelques heures à l’école de Pontgouin était un vrai bonheur. J’ai été éblouie en entrant dans la classe de Paulette par les productions artistiques des élèves. Il n’était pas possible de ressortir de ma rencontre avec Paulette sans avoir envie de pousser plus avant mon engagement dans la voie de l’École moderne.

Paulette a orienté ma vie professionnelle de façon indéniable et irréversible.

Son souvenir m’a accompagné pendant toute ma carrière.

De nombreuses années après mon départ en retraite, si je peux dire que j’ai pris du plaisir à exercer ce métier, c’est en grande partie grâce à de belles personnes comme Paulette.

Le 9 avril 1921,                                     

Marie-Claire HEURTEAUX                        24 Avenue Fontaine Argent 25000 Besançon

 

NOTRE    PARCOURS    PROFESSIONNEL

  • Normaliens de Chartres tous les deux, Marie-Claire et moi, nous étions tenus de faire notre carrière en Eure et Loir.
  • 1961 - 1969  Ecole des Vals Morins  VERNOUILLET. ( banlieue de Dreux)
  • 1969 - 1971 Ecole de MITTAINVILLIERS (à 15 kilomètres de Chartres)
  • 1971 - 1978 Ecole d’ARROU ( canton de Cloyes sur le Loir)
  • 1978 - 1993 Ecole Saint-Jean à CHATEAUDUN (Baptisée Edouard Caniaux à notre demande en hommage à un ancien président de l’Amicale Laïque de Châteaudun)  Marie - Claire nommée Directrice
  • À partir de 1986  Bernard nommé à la S.E.S Anatole France de Châteaudun
  • 1993 - Départ en retraite à FLAGEY - ECHEZEAUX Côte d’Or)
  • 2015 - Déménagement à BESANCON