Chalet CEL à Ailefroide en Vallouise (Htes Alpes) 1955

Dans L'Educateur n°13  du janvier 1955, un article signé par Camille Février et R. A. Clément (Marne) annonce un projet de chalet CEL à Ailefroide (commune aujourd'hui de Pelvoux-Vallouise)

En fichier PDF l'évolution du projet (L'Educateur n° 27-28 de juin 1955)

 

Et pourquoi pas des VACANCES C.E.L. en montagne ?

Un nouveau projet coopératif : le chalet CEL d'Ailefroide

Nous avons tous plus ou moins, à la CEL, la maladie de la pierre et déjà une nouvelle crise s'annonce : c'est dans un site idéal, à 1.500 m d'altitude, au pied du Pelvoux et de la Barre des Ecrins, troisième sommet des Alpes, que nous voulons tenter une nouvelle expérience.

Les Amis de l'Ecole Freinet possèdent là un vaste terrain très bien placé sur lequel pourrait s'élever une construction en dur qui servirait d'abri aux camarades pendant les vacances et serait l'unité de base d'un ensemble plus grand. Le paysage est magnifique et les excursions pour tous les goûts et toutes les aptitudes, depuis la montagne à vaches jusqu' aux ascensions acrobatiques. Eau courante, électricité et le ravitaillement est à proximité (5 minutes). Les autos et caravanes y ont accès. Sur la rive du torrent (sans danger pour les enfants) l'Union Laïque des Campeurs Randonneurs, section camping de la Ligue de l'Enseignement, a installé depuis plusieurs années son camp familial d'initiation à la haute et moyenne montagne. Briançon est à 25 km, l'Italie à deux pas. Un service de cars SNCF dessert le village à 10 minutes. Pour les fanas du moulinet des cours d'eaux à truites sont tout proches. Quant aux amateurs de natation ils ont le lac de Roche-de Dame (20°) à leur portée. ·

Mais voyons les choses .plus matériellement.

Il s'agit pour le moment d'édifier un rez-de-chaussée qui puisse; servir à l'-occasion pour les veillées et d'abri les jours de mauvais temps. Disons pour vous rassurer que cette année 54, dont vous goûtâtes ·comme nous la remarquable humidité, il a plu deux jours du 1er juillet au 15 août.

Pour cela il faut de l'argent et du travail.

D'abord 100.000 francs pour le maçon (sable, gravier et pierre sont sur place). Part à verser 1.000 fr. au minimum et ensuite des travailleurs. Les bailleurs de fonds et les travailleurs seront admis en priorité à profiter des avantages du futur chalet.

Et si l'opération réussit, pourquoi ne penserions-nous pas aux amateurs de ski en faisant quelque chose à Vars par exemple?

Déjà des camarades CEL (Hauguel, Vigueur, Nicolas, Gente, etc.) et des sympathisants (Pernat) ont donné leur accord de principe, et nous aurons l'appui du groupe U.L.C.R. d'Ailefroide.

Que les bonnes volontés se fassent connaître. Inscription auprès de; Camille FÉVRIER, Instituteur, Vaison-la-Romaine (Vaucluse}, qui a une connaissance approfondie de la maçonnerie gallo-romaine.

Il faut que d'ici le Congrès d'Aix les choses soient assez avancées pour que nous puissions mettre le projet définitivement au point.

C. FÉVRIER, Vaison. et R.A. CLÉMENT, D.D.de la Marne de l'Ecole. Moderne, et Secrétaire de l'U .L.C.R. Marne

Copie du texte de L’Educateur n°13 du 20 janvier 1955 page 108

Personnalité: 

Publication: 

Revue: 

Département: 

Date du document: