timbre freinet

 

SENCE Emile et Simone, militants Freinet du Nord

Département

Lieu(x) d'exercice

Estourmel (1947-1974)

Personnalité

Image
n° 6 de 1961
Image
carte postale congrès ICEM 1972

Notice

Une petite école de village  pas tout à fait comme les autres

École C. Freinet d’Estourmel, Nord 

C’était dans une petite école de village, du Nord de la France (moins de 500 habitants, mais plus de 30 élèves par classe…) à cours multiples !

Dès 1945, bien avant les directives ministérielles et les incitations à changer la relation de l’élève à l’apprentissage et à l’école, deux enseignants, Simone et Émile Sence, portés par l’enthousiasme de la pensée de Célestin Freinet, écrivaient un petit chapitre de l’histoire de l’éducation : l’école y est partie intégrante de la vie…, la vie est le champ d’expériences et d’apprentissages de l’école, et l’homme est central…, une perspective holistique.

Célestin Freinet était un grand inventeur, il y a 70 ans déjà…! Et depuis ? Les idées ont fait leur chemin… doucement… Il faudra encore beaucoup travailler, beaucoup convaincre (et les mouvements Freinet en France et à l’étranger s’y emploient !), pour que cette conception, pourtant tellement « naturelle…! », soit réellement intégrée et que l’éducateur la vive sans la contrainte de textes officiels.

Il faut être optimiste. Dans le monde, actuellement, des dizaines de pays ont des « mouvements Freinet » très actifs, même quand leurs conditions culturelles et donc d’enseignement, sont très difficiles…

Paradoxalement, (apparemment !), c’est en citant, non pas Célestin Freinet lui-même, mais Albert Jacquard, que je résume la finalité de cette pédagogie. Je lui emprunte donc sa conception de l’éducation… Il faut inciter chacun « à prendre conscience de la prodigieuse aventure qui se déroule en ce lieu magique qu’est l’école, les jeunes y acquièrent l’indispensable savoir qui leur permettra d’agir, mais surtout, ils y forment l’esprit critique qui leur permettra de choisir ». Alors, « chacun peut construire sa liberté », et encore : « le rôle du système éducatif n’est pas de préparer les jeunes à entrer dans la société, mais les préparer à construire une société nouvelle ».

Cela, Célestin Freinet l’aurait approuvé avec enthousiasme, de même que tous ceux qui travaillaient avec lui, hier…, et ceux qui travaillent aujourd’hui… !

Simone et Emile Sence ont créé, dans cette petite école, les conditions qui ont permis que, pour des centaines d’enfants, cette aventure existe…

La mixité à l’école communale d’Estourmel

A peine arrivés à Estourmel, monsieur et madame Sence ont saisi le Conseil Municipal afin qu’il se prononce sur la mixité de l’école.

Le maire Paul Porez et son conseil municipal, tout juste élus, vont statuer favorablement le 15 octobre 1945.

Estourmel est précurseur en la matière puisque la mixité ne devient « le régime normal de l’enseignement primaire qu’en 1965 (circulaire du 15 juin).