Témoignages de Marie Louise Donval

En 1969, l’association Amis de Freinet voit le jour à Nantes.
2019, appel à témoignage est lancé pour un bulletin 106 spécial cinquantenaire qui n'a pas encore vu le jour.

Témoignage 1 de Marie Louise Donval

Le texte qui suit n'entre sans doute pas dans le cadre des Amis de Freinet, il se veut un témoignage de mon cheminement vers la PÉDAGOGIE FREINET :

Á Doualas, au CE, avec Mme Cornec Josette j'ai connu une façon différente d'enseigner : pas de notes, pas de classement, correction des « fautes » avec l'élève...Sorties fréquentes sur le terrain pour concrétiser la géographie, l' »histoire de France », les sciences naturelles, etc...

Et aussi, de temps en temps, l'impression de petits textes grâce à la presse. D'où, déjà, le livre de vie (cela en 35-36)

- En 1948, année de ma dernière année de formation à L'ÉCOLE NORMALE, FREINET, venu dans le Finistère, nous avait exposé les principes et la pratique de sa pédagogie (enfants avec leur maître(ÉMILE THOMAS) à l'appui.

- En 1949, nommée dans une petite école de campagne, je ma suis sentie désorientée devant cette classe de petits(3 à 7 ans) que je ne savais comment intéresser, avec un matériel très succinct. D'où beaucoup de réflexion et d'initiatives pour parvenir à une classe vivante, grâce à l'appui de certains parents.

- Mais, ce n'est que depais les années 1959-60 que je suis au groupe départemental de l'ÉCOLE MODERNE DU FINISTÈRE .

- C'est en 1964, lors du CONGRÈS de BREST que j'ai revu FREINET pour la dernière fois. Il était venu rendre visite aux enfants dont j'avais la charge à la garderie. L'attention qu'il portait à leurs activités, leurs propos parfois saugrenus m'avait impressionnée. Et pourtant, il semblait si fatigué !

  • Quand il est décédé en 1966, j'ai ressenti un « vide », comme beaucoup de copains d'ailleurs.

  • Et, c'est au CONGRÈS DE PAU en 1968 que j'ai entendu parler d'une ASSOCIATION DES AMIS DE FREINET. Les proches de FREINET tels que POITRENAUD (CEL) MICHEL BARRÉ (ICEM)et plusieurs autres chevronnés du groupe avaient déjà préparé le sujet à débattre.

  • Et c'est ainsi que naquit en 1969 « L'ASSOCIATION DES AMIS DE FREINET » ( mais, vous le savez )

  • Adhérente depuis sa création, je reste fidèle à L'ASSOCIATION, bien que guère efficace ; je n'ai été qu'une petite ouvrière de la base, particulièrement durant mon travail en équipe avec les THOMAS à BREST.

  • Je ne me formaliserai donc pas si vous décidiez de ne tenir aucun compte de mes propos.

  • Amicalement Marie Louise DONVAL (née en octobre 1928)

Témoignage 2 de Marie Louise (4 décembre 2019) :

Aux amis de Freinet

Merci à vous qui avez pris en compte mon témoignage

Voici quelques précisions concernant la génèse de notre équipe et les innovations au fil des ans.

 

  • Février 1968, journées d'études au Collège de Brest-Kérichen.

 

  • Projet d'une équipe à Brest, alors en pleine reconstruction, donc dans une école neuve... Projet exposé par Madeleine Porquet à l'inspecteur d'Académie venu nous rendre visite. Le projet reçoit un avis favorable.

 

  • Janvier 1969, un courrier inespéré de l’Inspection académique adressé à Mlle Porquet nous apprenait la création d’une école primaire à Keredern, avec par conséquent, la proposition de nous y installer. Cinq classes sont prévues au départ. Après réunion du groupe Freinet finistérien, nous fûmes cinq Brestois volontaires pour tenter l’aventure. A la rentrée 1969, obtention d'une école de quartier, à Keredern, un quartier difficile (3 tours de 14 étages, des barres d'immeubles de logements sociaux), l'école a rapidement atteint 10 classes.

 

  • Au cours d'un conseil d'école, les délégués de classes ont exprimé le désir des enfants (les plus grands surtout) de se mélanger avec les élèves d'autres classes; ce qui eut pour résultat la création des Ateliers décloisonnés une fois par semaine en début d'après-midi pour des activités de peinture, lavis, imprimerie, etc... Grâce à des règles préalablement établies comme un effectif limité par groupe, l’interdiction de s’éterniser dans un seul atelier, la remise en ordre des lieux après la séance, etc. ; ces après –midi décloisonnés furent une réussite. La collaboration d’enfants d’âges différents amenant des créations souvent plus élaborées. Au livre de vie de la classe s'est ajouté le livre de vie de l'école.

 

  • Puis, il y eut la création de la Bibliothèque d'école,

Entre 1973 et 1975, lors du congrès de l’ICEM à Aix en Provence, Mimi et Emile avaient rencontré une bibliothécaire, Claude, employée par une association d’aide à la lecture dans un des quartiers pauvres de Paris. Cette association était financée grâce aux fonds accordés par une héritière. Claude était une bibliothécaire de rue, car son travail consistait à s’installer dans le hall d’un immeuble avec son stock de livres ; une bibliothèque éphémère en fait pour un groupe d’enfants que la conteuse captivait . Pour ce qui est de Keredern, c’est à partir de ce congrès que germa l’idée d’une bibliothèque, car Claude, fort intéressée par la spécificité de notre école, proposa à Emile et Mimi d’en parler à son association. A leur retour fut élaboré par l’équipe, un dossier plus précis de notre projet. Ce projet, adressé à l’association par l’intermédiaire de Claude, nous valut un budget important pour le montage de la bibliothèque. La Mairie de Brest accepta de nous fournir le mobilier, et cerise sur le gâteau, Claude était déléguée à Brest pendant un an, pour l’achat des livres, le classement dans les rayons, puis la gestion de cette nouvelle tâche.

Avant l’ouverture de ce nouvel outil de travail, plusieurs réunions eurent lieu entre les maîtres, et Claude, puis avec les enfants afin d’en préciser le mode de fonctionnement. C’est ainsi que le règlement de passage à la bibliothèque fut instauré.

 

 

 

 

Personnalité: 

Rubriques: