timbre freinet

 

CABANES-GRACIA Hélène, militante Freinet de l'Hérault

Département

Lieu(x) d'exercice

Abeilhan

Personnalité

Notice

Gérante du journal scolaire de l'école d'Abeilhan L'Agaça canta  de 1945 à 1948 ( JS sur le site du MUNAE réf 21638 à 21649)

  sources ; https://journals.openedition.org/lengas/600

et  éditrice de la revue occitane l'Ase negre

En mars 1946, deux jeunes défenseurs de l’occitan, Hélène Cabanes (Gracia) et Robert Lafont prirent l’initiative de créer une nouvelle revue d’action occitaniste, qu’ils intitulèrent L’Ase Negre (L’Âne Noir, à partir du proverbe « Têtu comme un âne noir »). Les ambitions de cette publication, qui ne connut que quatre minces livraisons mensuelles, étaient à la fois politiques (en faveur du fédéralisme), linguistiques (la revue est entièrement en occitan) et littéraires (on y publie de nouveaux auteurs). Ces quatre livraisons furent imprimées de façon toute artisanale, avec le matériel que la Coopérative de l’enseignement laïc (Célestin Freinet) venait tout juste de procurer depuis Vence à Hélène Cabanes, institutrice à Abeilhan (Hérault). De là sans doute leur rareté aujourd’hui. Après juin 1946, L’Ase Negre revêtit une forme plus aboutie : imprimé sur des presses professionnelles, avec un format plus grand, et des contenus beaucoup plus développés.

 

L’Ase Negre (1946 - 1949), première revue d’occitanisme politique d’après-guerre

L’Ase Negre (1946 - 1949), primièira revista d’occitanisme politic d’après-guèrra

 

 

Testut coma un ase negre (mot à mot : têtu comme un âne noir). L’Ase Negre, reprenant ce dicton montrant l’entêtement des jeunes occitanistes d’après-guerre Hélène Cabanes, Léon Cordes et Robert Lafont, est la nouvelle revue politique qu’ils ont lancée en s’inspirant de la revue Occitania d’avant-guerre créée par Charles Camproux. On dispose de suffisamment de correspondances échangées en 1946 pour suivre la création de L’Ase Negre. La revue est d’abord un modeste feuillet sorti de la presse scolaire d’Abeilhan. Très vite, l’équipe publie en août 46 un 4 pages imprimé à Olonzac et elle s’entoure d’un Comité de Rédaction où figurent de nombreuses personnalités du monde occitaniste. Les conditions matérielles et financière difficiles n’ont pas empêché la revue d’aller jusqu’en avril-mai 49 après avoir fait paraître 23 numéros ; celle-ci avait entretemps repris l’ancien titre Occitania en janvier 1948. L’Ase Negre, revue politique mais aussi culturelle a permis à chaque courant de l’occitanisme politique de s’exprimer. De ce fait, elle a préservé de la divergence des courants politiques l’unité de l’Institut d’Études Occitanes naissant.

Testut coma un ase negre. L’Ase Negre, seguissent aquesta dicha mostrant l’entestardiment dels joves occitanistas d’aprèp-guèrra Elèna Cabanas, Leon Còrdas e Robèrt Lafònt, es la revista novèla qu’an fargada en s’inspirant de la revista Occitania d’abans-guèrra fondada per Carles Camprós. Avèm servat pro de correspondéncias escambiadas a-n-aquesta epòca per seguir la creacion de L’Ase Negre. La revista es primièr un fuòlh modèste imprimit sus la premsa escolara d’Abelhan. Fòrça lèu, la còla sortís en agost 46 un 4 paginas estampat a Olonzac e al Comitat de Redaccion s’acomolan mantuns personalitats del mond occitanista. Las condicions materialas e financièiras marridas an pas empachat la revista de tirar fins a abril-mai de 49 aprèp l’edicion de 23 numeròs ; mentretemps la revista aviá tornat prene lo títol vièlh d’Occitania en genièr de 1948. D’aquí, L’Ase Negre sauvèt l’unitat de l’Institut d’Estudis Occitans naissent dels corrents politics disparièrs.